mercredi 30 novembre 2011

Love & Pop - Ryû Murakami



Après avoir découvert Haruki Murakami, je me suis dit que c'était aussi l'occasion de découvrir son homonyme : Ryû Murakami (d'autant que j'ai réalisé il y a peu qu'ils étaient 2... la honte !) Après avoir lu un roman pour chacun, il semble assez clair que leurs styles sont bien différents ! J'ai choisi ce roman parce que son thème me semblait intéressant. L'auteur a en effet souhaité sur un problème de société particulier au Japon : la prostitution moderne. Pour pouvoir s'offrir des vêtements, des sacs ou des maquillages de marques, les jeunes filles (lycéenne ou collegienne) n'hésitent pas à se faire payer pour des rendez-vous avec des hommes, bien souvent plus agés. Du simple diner ou karaoké, les choses peuvent devenir plus radicales.

Ici, nous suivons une journée de Yoshii Hiromi, âgée de 16 ans. Elle a prévu de faire quelques boutiques avec ses 3 autres copines et après s'être offert un maillot de bain, elle tombe raide dingue d'une bague qui coute une petite fortune. Pour réunir cette somme avant la fin de la journée (parce que Yoshii n'est pas patiente !) elle décide donc de rencontrer deux hommes. Mais ces rendez-vous ne se passeront pas forcément comme prévu.

J'ai trouvé qu'avec ce roman, on mettait les deux pieds dans cette littérature japonaise qui peut effrayer... celle que l'on trouve bizarre, un peu froide, si étrangère... et je n'ai malheureusement pas réussi à accrocher. L'écriture de Ryû Murakami est trop éloignée de ce que j'en attendais. Je n'ai pas vraiment été touchée et je me suis même ennuyée notamment pendant les pages entières qui reprennent les annonces du téléphone rose... un peu c'est intéressant pour la compréhension, mais là, c'était trop pour moi. Ce n'est pas de l'écoeurement mais bien de l'ennui devant cette énumération.

Je regrette d'autant plus de n'avoir pas accroché à l'écriture que le thème s'est effectivement révélé très interessant et que j'aurais voulu pouvoir continuer avec cet auteur... mais j'ai bien peur, à l'avenir, de lui préférer son homonyme !

4 commentaires:

Cess a dit…

Je passe.
L'histoire ne me tente pas et en plus tu n'as pas aimé.

Adalana a dit…

Ah c'est clair que leurs styles sont radicalement opposés. J'ai bien aimé l'énumération des petites annonces moi, je trouve que ça montre bien que ce ne sont pas cas isolés. Ceci dit, celui-ci n'est pas non plus ce qu'il a écrit de mieux, loin s'en faut !

Kikine a dit…

Effectivement, les deux Murakami sont très très différents en terme de style et d'histoires.
Tous les livres de Ryu Murakami m'ont secouée mais je n'ai pas détesté ça. Ça montre un versant de la société japonaise dont on ne parle pas souvent mais c'est certain que les thèmes abordés sont durs

Sandy a dit…

@ Cess : je peux difficilement le conseiller !

@ Adalana : Je comprends l'aspect "véracité" mais dans ce cas, j'aurais préféré un reportage finalement ! je retenterais peut-être avec un autre titre..

@ Kikine : oui, tellement différents ces 2 auteurs ! J'aime bien les thèmes durs (et celui-ci m'a beaucoup intéressé) c'est plutôt la façon de le traiter et d'écrire qui ne me convient pas..