vendredi 22 avril 2011

Parfum de glace - Yoko Ogawa



Je ne sais pas si je vais réussir à vous décrire mes impressions suite à la lecture de ce roman. Les récits de Yoko Ogawa sont toujours assez ambivalents. L'histoire est ce qu'elle est (je vous en expliquerais très peu) et j'ai toujours l'impression de flotter lorsque que je lis ses livres. Une intrigue lente, des émotions contenues, on pourrait penser que l'on s'ennuie et pourtant on est bien... calme et serein. C'est assez perturbant et je crois que c'est ça qui me plait chez cette auteur. Cette façon de raconter le deuil et la perte en restant presque détachée tellement la pudeur est importante.

Hiroyuki est un créateur de parfums. Lorsqu'il se suicide, sa compagne Ryoko réalise qu'elle ne connait rien de son passé. Elle lui découvre un frère cadet, Akira et une mère toujours vivante. Il a menti sur ses talents, sur ses diplomes, sur ses peurs phobiques des transports. Il a caché sa famille, ses talents prodigieux en mathématiques qui ont fait de lui un génie précoce, sa passion du patinage. Et Ryoko ne comprend pas pourquoi.

Si dans Amours en marge, Yoko Ogawa attachait beaucoup d'importance aux mains et aux oreilles, cette fois, l'auteur se concentre sur le nez et l'odorat. Les parfums comme puissant outils de la mémoire. Ryoko part donc à la recherche de l'identité d'Hiroyuki. Elle apprendra à connaître son frère et sa mère, elle ira jusqu'à Prague pour marcher dans ses pas, elle croisera un violoncelliste et un gardien de paons bien mystérieux.

Une petite touche de merveilleux, un soupçon de poésie, une écriture toute en douceur et voilà un roman très agréable, un bon moment de lecture.

"Quand on essaie de reconnaître des odeurs, on se perd dans le vaste monde du passé que chacun porte en soi. Il n'y a pas de bruit dans le monde du passé. De la même manière que les rêves sont insonores. La mémoire, alors, est le seul poteau indicateur dont on dispose."


Lecture dans le cadre du challenge In the mood for Japan organisé par Choco !


6 commentaires:

bladelor a dit…

Je n'ai lu qu'un roman de l'auteur mais j'avais ressenti exactement ce que tu décris en préambule de ton billet. J'aimerais tenter un autre titre car j'avais aimé ce premier contact.

Adalana a dit…

Je ne l'ai pas lu celui-ci, il va me le falloir !

Les Livres de George a dit…

un roman que j'ai beaucoup aimé pour cette atmosphère très particulière que l'auteur parvient à créer et aussi pour cette quête impossible du deuil !

Anassete a dit…

Ton article donne très envie et confirme mes soupçons. Son écriture est si hypnotique, envoûtante qu'on ne se lasse jamais de lire ses romans ou ses nouvelles !

Sandy a dit…

Bladelor : J'ai beaucoup aimé Amours en marge aussi !

Adalana : Yep !

Georges : Tout à fait, l'auteure recrée à chaque fois des atmosphères spéciales !

Anassete : Tout à fait! Pour le moment je n'ai jamais été déçue !

Kikine a dit…

Pareil que Bladelor ! J'ai bien envie de la relire...