mercredi 8 octobre 2014

La Malédiction d'Old Haven - Fabrice Colin



J'avais déjà eu pour objectif de lire ce roman pour Halloween l'année dernière sans avoir réussi à trouver le temps. Cette fois, je voulais vraiment le découvrir et après quelques jours pour me remettre de ma lecture précédente, je me suis lancée.

Mary étant désormais adulte, elle quitte l'orphelinat qu'elle a toujours connu pour découvrir le monde. Nous sommes en 1723, à Gotham City, dans un monde qui ressemble guère à ce que l'on connait.  Des dragons volent dans le ciel, au coté de machines plus modernes, les chats ont disparu (tous brulé car signe du diable) et ont été remplacés par des chats mécaniques. L'empereur dirige le pays d'une main de fer, la religion catholique est primordiale et les protestants font l'objet de persécutions régulières par l'Inquisition. Mais celles qui ont le plus à craindre sont les sorcières.

Et avec sa chevelure rousse flamboyante et ses drôles de vision, Mary est assurément une sorcière et elle est bien la seule à ne pas s'en rendre compte ! Alors qu'elle chemine pour se rendre à Boston, elle traverse un village sur la côte nommé Old Haven et ressent aussitôt le besoin de s'y installer... ça tombe bien le pasteur recherche une personne pour l'aider ! Aussitôt dit, aussitôt fait, la voilà qui s'installe et fait construire sa maison car elle refuse de vivre chez le pasteur (Ha bon ?). Elle a justement découvert une clairière dans la forêt, avec un arbre qu'elle a régulièrement vu dans ses rêves. C'est décidé, la maison sera construite autour de l'arbre, le tronc de celui-ci à l'intérieur (et je suis donc la seule à m'interroger sur les questions pratiques d'une telle construction ? Isolation toussa toussa ?) 

Mais Old Haven n'est pas aussi calme qu'elle le prétend. Le pasteur cache visiblement quelque chose. Mary va alors découvrir de vieux cahiers qui ont certainement appartenu à l'une de ses ancêtres, une sorcière qui a été brûlée à Old Haven par le père du pasteur. Mais Mary n'aura pas le temps de lire ces cahiers (notamment parce qu'elle va s'endormir après avoir commencé sa lecture... vous découvrez le récit de votre ancêtre, une sorcière qui raconte son apprentissage puis sa fuite pour échapper à l'Inquisition... vous vous endormez après quelques pages vous ??) La Sainte Inquisition est désormais à sa recherche et elle doit fuir en compagnie du pasteur et d'un groupe de protestants...

Et je me suis arrêtée là ! A un tiers du roman, je n'ai tout simplement pas pu continué. Je me suis ennuyée malgré les péripéties de notre jeune héroïne et pour principalement deux raisons : la première c'est que tout semble lui tomber tout cuit dans les mains sans qu'elle n'ai rien à faire et la seconde, c'est qu'il ne se dégage aucune émotion. Pour dire, la seule empathie que j'ai pu avoir a été pour le chat mécanique ! Les personnages sont froids et je ne comprends pas la soudaine passion du pasteur pour Mary et le fait qu'il lui demande de l'épouser et lui avoue son amour en 2 phrases alors que rien ne présumait un tel rapprochement ! Pour ensuite, être presque violent avec elle afin de récupérer les cahiers de son ancêtre ! Bref, l'auteur voudrait nous peindre un homme passionnel, parfois proche de la folie alors que je n'y vois qu'un homme plat. 

De même pour Mary finalement, que j'ai trouvé sans intérêt. Elle décide de garder secret les cahiers, pour finalement avouer qu'elle les a toujours en sa possession... Et que dire de ce passage avec Usher, un esclave affranchi :
"Jamais je n'avais rencontré un homme comme lui, un homme qui ne se souciât que de moi. (ha bon ?? A part aider à la construction de la maison, Usher n'a pas fait grand chose en réalité !)
Je l'attirai. Enfouis mon visage dans son cou. Muet de surprise, il se laissa faire d'abord. Puis se détacha.
-Je ne peux pas, mademoiselle.
-Quoi ?
Je lissai les pans de ma robe.
-Je suis un ancien esclave, un Noir. Et vous êtes une Blanche."
Cette histoire d'amour contrarié alors que rien n'avait annoncé un tel rapprochement aura été de trop ! J'ai continué quelques pages, pour en avoir le coeur net mais lorsqu'en soirée, j'ai soupiré rien qu'à l'idée de me replonger dans cette lecture, j'ai décidé d'en rester là ! Je ne connaitrais pas la suite et ce n'est pas un grand mal !

Une lecture fort décevante d'autant que j'avais plutôt bien aimé Bal de Givre à New-York du même auteur.

Et pour continuer mon mois Halloween dans de meilleurs dispositions, j'ai attaqué un thriller à la Dickens (selon les commentaires) qui en quelques pages, a eu le mérite de dissiper la déception d'Old Haven !

5 commentaires:

bladelor a dit…

Il y a fort longtemps ce titre a séjourné dans ma PAL et puis je l'en ai ôté. A lire ton billet, aucun regret !!!

Sandy a dit…

@ Bladelor : Tu as très bien fait ! Ce pavé de 600 pages va aussi libérer de la place dans ma bibliothèque... c'est au moins une bonne nouvelle ! :o)

Syl. a dit…

Donc, lui, je ne vais pas le noter. Et puis je n'aime pas trop la couverture...

Mlle Pointillés a dit…

Je suis morte de rire pour le Gotham city ^^
Bon. Et sinon zut. Zut quoi. Ce titre est dans ma PAL depuis des lustres (et je pèse mes mots)... Mince!
J'ai ressenti la m chose récemment avec Keleana l'assasineuse... Alors je compatis!!!

pagesaprespages a dit…

Le début était pourtant prometteur...