samedi 30 janvier 2010

Balzac et la Petite Tailleuse chinoise - Dai Sijie



Le titre de ce livre m'avait plusieurs fois fait envie... sans jamais osé sauter le pas !
Il n'y a pas longtemps, je me trouvais dans une librairie pour acheter des mangas pour les neveux de mon homme... je n'étais pas de très bonne humeur ce jour là et il était impensable pour moi de passer en caisse de cette librairie sans un livre pour moi (c'est profondément égoïste je m'en rends bien compte !)

J'ai donc filé vers la table où sont exposés quelques livres... C'est souvent comme ça que je choisis de nouveaux auteurs... la couverture m'a sauté à la figure et j'ai reconnu le titre... une fois de plus j'ai relu la 4ème de couverture ; un simple extrait mais qui parlait de grands classiques de la littérature alors je me suis dit que ce roman ne pouvait que me plaire !

Je ne le regrette pas. Ce que j'ai d'abord aimé dans ce livre c'est la description de la Chine sous Mao. Je ne savais même pas que les jeunes citadins étaient envoyés dans les campagnes pour faire leur "rééducation". Je ne savais pas non plus que tout les livres autre que pro Mao avaient été brulés (même si c'est peu étonnant finalement dans une dictature aussi stricte)

J'ai été touchée aussi par la description des campagnes, des tâches des paysans, de leurs façons de vivre... comme il y a peu de date, je crois bien que j'ai oublié que cette histoire se situe dans la seconde partie du XXème siècle.

L'écriture est simple mais touche directement au coeur. Une histoire simple, une partie de la vie de ces jeunes gens, la découverte de l'amour, des grands classiques occidentaux... mais c'est tellement éloigné de nos quotidiens que j'ai voyagé grâce à ces lignes.

Je me suis beaucoup interrogé sur le fait que certains intellectuels chinois (ennemi du peuple car médecin ou dentiste) prenaient énormément de risques pour sauver quelques livres. Bien sur je me suis réjouie d'être née dans notre pays et à notre époque et d'avoir accès sans restriction à la lecture. Si ce acquis devait disparaître, est-ce que je serais capable de prendre tout les risques possibles pour sauver quelques livres ? Et quels seront ceux que je choisirais de sauver de la destruction ? Dure question n'est-ce pas... et vous, quels sont les livres que vous sauveriez ?


3 commentaires:

Mylène a dit…

J'ai bien aimé cette lecture. La soupe aux cailloux m'a traumatisée...

Theoma a dit…

Ah ! Moi aussi j'ai encore le goût de la soupe aux cailloux dans la bouche !

Sandy a dit…

Plutôt que la soupe aux cailloux, c'est le fait de s'assoir dans un lit rempli de puces qui me donne des frissons !

Mylène : je n'arrive pas à consulter ton blog ? J'ai dû y passer, mais là je n'arrive pas à y revenir par ton message (pas encore pro de blogger, je suis !) Peux-tu me donner le nom de ton blog pour que j'y retourne ? Merci